Au Château la Garde, notre gestion minutieuse du travail des sols a été fondamentale pour contribuer à la réussite de ce millésime à la météo capricieuse : semis temporaires et entretien de l’enherbement naturel, mis en place depuis plusieurs années, ont permis de gérer au mieux l’équilibre hydrique de la vigne.

Le léger retard accumulé pendant le printemps pluvieux se maintient avec la sécheresse des premiers mois d’été, mais la véraison s’enclenche franchement après l’averse du 4 août. Grâce aux nuits relativement fraîches de fin août, les sauvignons, majoritaires, et les sémillons ont accumulé un bon potentiel aromatique qui se révèle au cours de la fermentation alcoolique et de l’élevage. La minéralité des vins, frais et expressifs, est soutenue par des notes d’agrumes et de pêche de vigne.

La véraison des rouges, languissante sur les graves profondes du Château la Garde, s’accélère avec les pluies faibles mais suffisantes de mi-septembre. Elle profite ensuite pleinement d’amplitudes jour/nuit idéales jusqu’aux vendanges. Nous vendangeons à la carte, du 4 au 18 octobre, attendant patiemment le moment idéal pour chaque cépage et chaque zone.

Le profil des vins s’affirme très vite au cours des fermentations et des extractions, que nous pilotons avec la plus grande délicatesse pour préserver la douceur et le soyeux de tanins très denses. Les merlots mûrs et extrêmement fruités, ont une couleur intense ; la structure des cabernets et petits verdots est riche et pleine, d’une grande élégance. De très beaux vins qui récompensent le travail accompli  tout au long de l’année.