Au début d’année maussade et doux, succède un été sans transition début juillet, s’étalant jusqu’à la fin des vendanges. Le climat s’est radicalement inversé, pour devenir particulièrement chaud et sec. Nous n’avons jamais relâché notre surveillance du vignoble face aux risques générés par une humidité persistante. En août, l’état sanitaire qui nous a causé quelques inquiétudes au printemps est parfaitement maîtrisé.

Pour les blancs, il est essentiel de préserver l’acidité naturelle et l’intensité aromatique. Nous avons choisi une date de démarrage précoce et attendu autant qu’il le fallait la maturité idéale de chaque micro-parcelle de sauvignon et de sémillon. Nous avons vendangé seulement le matin et parfois même conservé les grappes entières en chambre froide avant de les presser sous atmosphère inerte. Notre patience a été récompensée : les vins sont parfumés, équilibrés et frais ! Les cépages rouges ont particulièrement tiré profit de la météo : les journées ensoleillées depuis la véraison ont accéléré la maturation, induisant une grande richesse phénolique. Les nuits fraîches de fin août et septembre ont favorisé richesse aromatique, maturation précoce des pellicules et des tanins.

Les couleurs sont intenses. Les tanins sont riches et doux à la fois. Les vins sont généreux, longs et très fruités avec des acidités bien préservées. Un grand millésime en perspective !