Les premiers mois pluvieux et doux compliquent parfois nos travaux au vignoble, sur les sols argileux du Château Pey La Tour, imposant une pression sanitaire constante jusqu’à l’arrivée de l’été. Nous sommes restés très vigilants, accordant nos travaux aux exigences de chaque parcelle afin de contenir tout risque lié à ces conditions météo. Heureusement la fleur, rapide et homogène, profite pleinement d’un intervalle sec et ensoleillé du 7 au 17 juin pour se développer sans heurts.

Les réserves hydriques, largement reconstituées, permettent à la vigne de passer sans dommages un été exceptionnellement sec qui diminue notablement le risque sanitaire. Pourtant après l’excès d’eau du printemps, le déficit estival de pluies nous préoccupe : si la véraison s’enclenche bien, sous de bonnes conditions laissant entrevoir un réel potentiel qualitatif, les baies peinent à grossir et les jeunes plantations souffrent.

En septembre, 45 mm miraculeux viennent redynamiser le processus de maturation. La vigne dès lors compense bien son stress hydrique : les peaux, jusque-là épaisses, s’affinent rapidement, les composés phénoliques se concentrent. Les vendanges des merlots, largement majoritaires, s’étalent tranquillement jusqu’au 16 octobre. Ils livrent couleur intense et tanins veloutés. Cabernets-sauvignons et petits verdots, vendangés tardivement le 19 octobre, sont denses et structurés. Ils tirent pleinement parti du bel été indien.

2016 s’inscrit dans l’histoire des plus grands millésimes du Château Pey La Tour !