Blason De RicaudQuand l’Histoire côtoie l’histoire locale

La première mention connue du domaine remonte à la Guerre de Cent Ans, lorsque Gaston de Foix-Grailly, Captal de Guyenne et Seigneur de Benauges, anoblit en 1452 la « maison Ricault » sur la tête de Bernard Lamensans, écuyer, auprès duquel il combattait…contre la couronne de France.

aa24
Le domaine passe, par mariage de la fille unique de Bernard Lamensans, à Jean de Sainte Marie, Chevalier, qui deviendra capitaine de la ville de Cadillac. Criblé de « deptes », son petit-fils Arnaud de Sainte Marie vend le domaine à Arnaud de Fleurier en 1617. L’histoire ne précise pas si le vignoble répertorié dans un acte notarié de 1606 produit déjà le vin liquoreux qui fera la gloire du domaine au début du 20ème siècle. L’Histoire rattrape le Château de Ricaud : pour se venger d’une défaite de ses troupes lors de la Fronde en 1650, le Duc d’Epernon mène une expédition contre plusieurs châteaux des environs. Ricaud est « pillé, rasé et brûlé ». Le château sera restauré 20 ans plus tard par François de Fleurier, sur l’emplacement de l’ancienne maison, dont ne subsiste qu’une baie d’origine.

aa29
Dame Marguerite de Fleurier, qui en hérite en 1790, parviendra malgré la tourmente post-révolutionnaire à conserver la propriété intacte jusqu’à son décès en 1810.

Une restauration digne de Viollet le Duc

Le château de Ricaud changera ensuite plusieurs fois de mains jusqu’en 1882 : quelques négociants bordelais, une famille de vieille noblesse remontant aux croisades, un magistrat d’origine écossaise…
C’est Charles de Bignon, grand propriétaire de Benauges, qui entreprendra en 1861 un vaste projet de rénovation, donnant au château sa forme actuelle. L’architecte Alphonse Blaquière et le décorateur Félix Berne-Bellecourt s’inspirent largement des rénovations romantiques de Viollet le Duc au Château de Pierrefonds dans l’Oise – d’où l’ébéniste Laville ramène de nombreux croquis – ou encore à Roquetaillade, tout proche.

croquis ricaud

Ajoutant créneaux et gargouilles qui accentuent l’aspect moyenâgeux de la bâtisse, ils incluent également dans leur ouvrage de nombreux éléments rendant hommage à l’histoire de Ricaud : un blason portant les initiales de Bernard Lamensans sur la petite porte d’entrée, une monumentale fresque moyenâgeuse racontant son histoire dans le hall, un énigmatique blason orné de clés papales sous le porche principal, deux figures sur la façade nord évoquant d’anciens propriétaires…

ricaud 2

Un lieu chargé d’imaginaire

Plusieurs des grands propriétaires du 19ème siècle ont laissé leur empreinte sur les pierres du château. Charles de Bignon a dépensé sa fortune pour le restaurer, les Wells  marquent de chardons murs et mobilier, les Auzac de Lamartinie y font graver le blason familial…

IMG_0966
Issus d’une famille de noblesse ancienne – les premiers Auzac ont participé à la 8ème Croisade – les Auzac de Lamartinie acquièrent le château en 1872. Ils embellissent le parc, et projettent même l’agrandissement du château.
Leur blason figure sur la porte d’entrée Nord et au fronton de la monumentale cheminée de la salle à manger.
Description du blason (héraldique) : « Parti au 1 : d’azur, à la tour ouverte, ajourée et crénelée, maçonnée de sable ; au 2 : de gueules, à la fasce d’or en devise, accompagnée en chef et en pointe par deux croissants d’or surmontés chacun d’une étoile du même. Couronne de comte. »

150px-Armes-d'Auzac-de-L.svgLa tour représente un château ou forteresse, et symbolise une noblesse ancienne.
Le croissant est un symbole de la noblesse, de l’accroissement de richesses, de l’honneur et de la renommée. Il rappelle les croisades.
Les étoiles sont des symboles luminaires très souvent utilisés, parfois pour illustrer la splendeur d’une famille. Selon certains héraldistes, « d’or en champ de gueule » (dorées sur fond rouge), elles pourraient symboliser une famille s’étant illustrée par les armes.

Témoin du passé de ce lieu chargé d’imaginaire, le blason figure désormais sur les étiquettes des vins du Château de Ricaud.

Ricaud Cadillac SM nouveau pack

Et commence l’histoire viticole…

Les Auzac de Lamartinie revendront le château à Pierre Texier, grand propriétaire des Charentes, en 1882. Celui-ci, en l’offrant à sa fille et à son gendre William Wells, ouvre la porte à l’essor viticole de la propriété…mais cela est une autre histoire…A suivre dans un prochain article !