Nous avons eu le plaisir d’accueillir il y a quelques jours, dans le superbe cadre moyenâgeux du Château de Ricaud à Loupiac, un dîner en compagnie de quelques grands amateurs suisses.

ricaud
René Gabriel, fondateur du magazine Weinwisser, nous a fait l’amitié d’offrir à cette occasion quelques vieux flacons des propriétés Dourthe. C’est avec une réelle émotion que nous avons plongé, grâce à lui, dans l’histoire de nos châteaux. Nous sommes heureux de partager ici le récit de cette inoubliable dégustation.

Clos La Garde 1919, Graves

la-garde-19

Histoire : Le millésime 1919  produit des « vins rouges légers et bons qui seront vite prêts à être consommés ». (source Féret, Bordeaux et ses vins, 9ème édition, 1922)
Le Domaine de La Garde, alors en appellation Graves (l’AOC Pessac-Léognan naît en 1987), produit environ 120 tonneaux de Clos La Garde rouge par an et appartient à la maison Eschenauer. Le nom de Château la Garde n’apparaîtra qu’au milieu du 20ème siècle. Dourthe achète ce beau domaine en 1990, séduit par le potentiel qualitatif d’un superbe terroir.

Note de dégustation : Un peu moins précis que ses petits frères plus contemporains, ce vin est encore étonnamment vif, porté par des arômes de sous-bois, et une belle fraîcheur du haut de ses 97 ans, était rehaussé par la simplicité d’un Mignon de Veau à l’Huile Vierge.

Château de Ricaud 1937, Loupiac

ricaud-1937

Histoire : Le millésime 1937  est « une très bonne année. Les vins blancs sont très liquoreux, corsés, très séveux, bien équilibrés, très riches en alcool et en sucres, grande réussite mais variable suivant le temps durant les vendanges. » (Source Féret, Bordeaux et ses Vins, 12ème édition, 1969)
Le Château de Ricaud appartient alors à Maurice Wells, qui y produit depuis la fin du 19ème siècle un vin régulièrement primé dans les concours internationaux (Londres, Paris, Bruxelles). Alain Thiénot l’achète en 1981 et en confie la gestion à Dourthe en 2007.

Note de dégustation : Encore beaucoup de fraîcheur, des parfums de fruits secs, abricots et figues, d’épices douces – cannelle, vanille – soutenus par une belle longueur. Un vin encore superbement vivant, qui accompagnait à merveille ce soir là une Fricassée de Saint-Jacques et Langoustines aux Girolles.

Château Belgrave 1949, Cru Classé, Haut-Médoc

belgrave-1949

Histoire : Le millésime 1949  est un « excellent millésime. Les vins rouges ressemblent aux 1947, corsés, séveux. » (Source : Féret, Bordeaux et ses Vins, 12ème édition, 1969)
Grand Cru Classé 1855, cet ancien pavillon de chasse  appartient alors à Jules Canaferina. Le Château Belgrave est le premier domaine repris par Dourthe, en 1979.

Note de dégustation : Du fruit et du caractère pour ce beau millésime de Belgrave, avec une bouche ronde et pleine, encore bien structurée et assez ronde. Le fruit persiste en finale, avec une note de cuir. Il sera en accord parfait avec un Filet de Pigeon fumé minute aux Sarments de Vigne.

Château Le Boscq 1982, Cru Bourgeois, Saint-Estèphe

le-boscq-82Histoire : La 14ème édition du Féret, Bordeaux et ses Vins, éditée en 1996, qualifie le millésime 1982 de « l’une des meilleures réussites des 20 dernières années, particulièrement en rouge. »
Cru Bourgeois depuis 1932, le Château Le Boscq appartient alors à la famille Durand. Dourthe reprend en 1995 ce petit bijou de Saint-Estèphe, dont la majestueuse demeure domine l’estuaire de la Gironde.

Note de dégustation : Incontestablement plus moderne, toute l’élégance du terroir de Le Boscq se retrouve dans ce vin rond, plein, à la jolie finale longue.  Une Noisette de Chevreuil aux Cèpes l’accompagnera avec subtilité.

Merci à René Gabriel de nous avoir offert ce voyage dans le temps. Nous avons vécu une expérience unique, qui nous a permis d’apprécier et savourer la grandeur des terroirs de nos châteaux Dourthe, dont les vins ont traversé les décennies avec une belle tenue !

rg