2018 nous a tenus en haleine tout au long du premier semestre après une année 2017 éprouvante.

Grâce à la vigilance constante et au travail de précision de nos équipes, le vignoble a bénéficié d’une excellente protection, tout en respectant à la lettre notre exigence d’une viticulture éco-responsable : cultivées en protection raisonnée depuis de nombreuses années, toutes nos propriétés sont en 2018, certifiées Terra-Vitis® et HVE 3. L’état sanitaire de nos vignes étant ainsi parfaitement contrôlé, nous avons abordé l’été toujours en alerte, mais confiants !

Nous avons bien maîtrisé la pression du mildiou, importante jusqu’en juillet, puis nous avons été soutenus par une météo très favorable à partir de début août. Grâce à ce véritable retournement de situation, nous avons pu souffler et préparer au mieux le vignoble avant le rush des vendanges. Elles se sont déroulées dans des conditions idéales, nous offrant des raisins à maturité parfaite et finalement, de très beaux vins.

Ce millésime nous aura fait passer de l’enfer au paradis !

Hiver pluvieux, printemps tardif.

Des précipitations très généreuses et des températures parfois très fraîches marquent le début de ce millésime. Vignerons et matériel ont souffert de la pluviométrie importante, ce que nous n’avions pas vu depuis plusieurs années. Un peu paresseux, le printemps tarde à se réveiller ! Quelques timides bourgeons apparaissent le 5 avril au Château de Ricaud, 6 avril au Château Belgrave, rapidement suivis par une belle sortie. Il faut attendre la semaine quasi-estivale du 20 avril pour voir s’activer la croissance de la végétation. Ce joli démarrage est confirmé par une floraison sans encombre dans la dernière décade de mai. Nous avons la chance d’échapper aux orages de grêle des 21 et 26 mai qui impactent fortement une partie du bordelais. Cependant, avec l’installation de températures plus élevées, l’évaporation est au maximum sur ces sols gorgés d’eau et favorise une importante pression mildiou par un niveau d’humidité relative très élevé.

Un été chaud et sec…

Après ce premier semestre erratique, l’été s’installe presque sans transition mi-juin, enchaînant chaleurs parfois caniculaires et risques orageux – nous évitons une fois encore un épisode de grêle mi-juillet. La situation estivale, chaude et sèche, éloigne la pression sanitaire, rendant leur sérénité à nos vignerons. Enclenchée dans les derniers jours de juillet (23 juillet au Château Le Boscq, 25 juillet au Château Belgrave pour le merlot), la véraison se déroule harmonieusement. Le retour à partir de mi-août de nuits plus fraîches, succédant à de belles journées chaudes toujours très ensoleillées, est particulièrement bénéfique. La maturité progresse de façon très homogène tant sur les rouges que sur les blancs : fin août, les sauvignons sur sols graveleux, précoces, sont déjà mûrs, incroyablement aromatiques et parfumés.

…des vendanges précoces, et étalées.

Encouragée par une bonne alimentation hydrique et la belle météo estivale, la maturation des cépages blancs évolue rapidement. Sur les sols précoces de Pessac-Léognan et de Graves, nous démarrons tôt la cueillette du sauvignon blanc – le 29 août au Château La Garde, le 30 au Château Rahoul – soucieux de préserver acidité naturelle et intensité aromatique. Sous d’excellentes conditions, la récolte des blancs s’étale sur près de 3 semaines, jusqu’au 18 septembre. Le relai passe aux rouges, sans transition : le 20 septembre tous nos chais sont en effervescence ! Le bel été indien, alternant journées chaudes et nuits fraîches, laisse tout le temps nécessaire à chaque parcelle pour s’affiner et nous donner le meilleur. Cette combinaison idéale nous a permis d’atteindre la maturité optimale de chaque parcelle, pour une vendange intra-parcellaire, à la carte, et particulièrement étalée : 4 semaines de cueillette, entrecoupées de pauses, séparent la première parcelle de jeune merlot, ramassée le 18 septembre dans le Médoc et la dernière de cabernet-sauvignon au Château de Ricaud le 18 octobre. Les vendanges en rouges se déroulent dans la plus grande sérénité.

Un grand millésime en perspective…

Toujours plus exigeants dans notre quête de baies parfaites, nous franchissons cette année une étape supplémentaire en généralisant l’emploi d’équipements de tri encore plus performants : tris optique et densimétrique complètent les équipements de tri mécanique et restent souvent associés à un tri manuel. Ainsi, seules les baies intactes et parfaitement mûres, fermentent en cuves inox ou en barriques, comme pour certains lots des Châteaux Le Boscq et La Garde. Un peu plus longues que d’habitude, en raison de concentrations en sucre élevées, les fermentations alcooliques se déroulent sans heurts, parfois précédées de macérations à froid. Dès les premiers jours, les couleurs sont intenses. Nous pilotons avec la plus grande attention les vinifications pour respecter les tanins doux, soyeux et concentrés. Dans toutes nos appellations, les merlots sont très homogènes, les cabernets remarquables. Les assemblages offrent des vins de belle structure, équilibrés, complexes et charmeurs… Il nous reste à parfaire leur élevage en barriques pour révéler toutes les qualités de ces très beaux 2018.