Le vin a besoin d’oxygène pour s’épanouir et libérer tout le potentiel aromatique nécessaire à l’éveil des sens du dégustateur. Pour ce faire, diverses méthodes sont recommandées par le sommelier: la décantation, le carafage ou l’aération sous des formes variées.

Toutes nos recommandations sur les méthodes de service de nos vins dépendent du mode de  conservation du vin (en cave thermo-régulée, dans une cuisine…). Ces conditions influent fortement sur la qualité finale de votre vin et la manière dont il doit être dégusté.

La décantation, un acte noble

L’art de la décantation repose sur le principe de séparer lentement et délicatement la partie solide (les dépôts du vin) et la partie liquide du vin. Ce processus est généralement utilisé pour les vins vieux, plus susceptibles de présenter un léger dépôt.

Cependant, il est préférable de pratiquer cette opération avec un vin « vieux »  ayant la capacité d’être décanté, à savoir un vin ayant une bonne structure tannique. De plus, nous vous conseillons, pour ces vins que l’âge rend délicats, d’utiliser une carafe la plus étroite possible au niveau du goulot et de la base afin que la surface de contact entre l’air et le vin soit la plus faible possible, permettant ainsi d’éviter une perte des arômes due une aération trop importante.

Les grands vins de nos propriétés, comme le Château Belgrave, le Château La Garde, le Château Le Boscq, le Grand Vin de Ricaud, le Château Grand Barrail Lamarzelle Figeac peuvent être décantés, avec finesse et délicatesse, après être passés une dizaine d’années en cave environ.

Le carafage : la jeunesse dans toute sa splendeur

Le carafage est l’art de précipiter l’aération d’un vin jeune afin qu’il dévoile la pleine puissance de son bouquet. Le choix de la carafe est très important : la surface d’échange entre le vin et l’oxygène doit être la plus large possible. De manière générale, cette opération s’adresse en priorité aux vins rouges jeunes. Les vins blancs et rosés, généralement dégustés dans les deux années qui suivent la mise en bouteille, sont moins concernés.

Dourthe vous conseille de carafer le vin deux heures avant sa dégustation, afin que la puissance du  bouquet aromatique soit à son apogée au moment du service.

Toutefois, si vous souhaitez apprécier votre vin tout en le conservant dans sa bouteille d’origine, la méthode « bordelaise » propose de carafer le vin deux heures avant la dégustation puis de le transvaser dans son contenant d’origine juste avant de le déguster.

Tous les vins Dourthe peuvent être carafés tôt dans leur jeunesse, à savoir dans les 4-5 ans qui suivent leur mise en bouteille pour des vins comme Dourthe N°1, Dourthe La Grande Cuvée, Dourthe Grands Terroirs ou les seconds vins de nos propriétés, ainsi que dans les 10 premières années pour les grands vins Dourthe.

L’aération : révéler le potentiel aromatique du vin

Des outils utiles à l’aération du vin sont disponibles sur le marché et se montrent parfois très efficaces, surtout pour les vins jeunes. Les aérateurs de vin font partie de ces outils qui permettent de distribuer la bonne quantité d’oxygène au vin afin qu’il puisse dégager tout son potentiel aromatique.

Toutefois, ce procédé brutalise le vin et peut altérer rapidement les arômes qu’il offre au dégustateur.
Nous préconisons plutôt une méthode douce : laisser la bouteille débouchée pendant 6 à 12 heures dans un endroit frais, afin que votre vin gagne en finesse et en élégance.

Les vins ainsi aérés conservent leur intensité aromatique puisque la surface de contact entre l’oxygène et le vin est restreinte au goulot. Cette lente oxygénation entraîne la libération de toute la puissance aromatique, tant olfactive que gustative, tout en respectant le vin.

Nous vous souhaitons maintenant une bonne dégustation !

Photo : © Dourthe