Vous ne serez pas surpris d’apprendre que le blason du Château Pey La Tour est…une tour !

Il faut remonter aux lointaines origines du domaine « de la Tour et Salle de Salleboeuf » pour retrouver la trace de cet édifice, dont il ne reste aujourd’hui que des ruines.

Au Moyen-Age, le village de Salleboeuf comptait cinq « mottes féodales ». Ces monticules, entourés d’une palissade de bois et d’un fossé, étaient destinés à assurer la protection du seigneur des lieux et de la population. Celle dite de « la Tour » était la seule qui comprenait un « castrum », une enceinte carrée en pierres. On en trouve mention pour la première fois à la fin du 11ème siècle.

Abattue, reconstruite, incendiée lors des nombreuses batailles qui se déroulèrent à proximité dans les premières années de la Guerre de Cent Ans, la petite forteresse de la Tour fut définitivement détruite vers 1377, lorsque Bertrand Du Gesclin reprit toutes les châteaux de l’entre-deux-mers au début de la Guerre de Cent Ans. On y a souvent, par le passé, déterré des débris d’armes et de cuirasses, et même un chandelier aux armes des Chevaliers de l’Ordre de Malte.

 

Le nom de «La Tour», dont les vieilles pierres veillent sur le vignoble, demeura à jamais pour désigner la propriété. On le trouve dans de nombreux documents d’archives, ainsi que sur les premières cartes officielles du Royaume de France par Belleyme et Cassini au milieu du 18ème siècle.

C’est tout naturellement que cet emblème figure, aujourd’hui encore, sur les étiquettes des vins de la propriété, en hommage à son histoire multi-centenaire. L’ancien Château de La Tour a pris le nom de Château Pey La Tour après l’achat du domaine par Dourthe en 1990.