Le métier de vigneron, s’il est parfois très gratifiant, peut aussi s’avérer particulièrement éprouvant : certains millésimes, plus que d’autres, nous mettent durement à l’épreuve. 2017 est de ceux-là.

La Nature, clémente ces dernières années, a frappé brutalement fin avril. Après un démarrage précoce et plutôt encourageant, trois nuits de gelées successives sont venues briser l’élan d’un vignoble en pleine croissance, n’épargnant quasiment aucune appellation. La sanction est injuste, inégale : certains secteurs ou parcelles sont dévastés, d’autres épargnés, parfois à l’intérieur d’un même domaine. Nos vignobles reflètent assez bien la réalité régionale, suivant les cas très touchés, ou parfois épargnés.

Nous devons saluer le formidable travail de nos équipes, qui n’ont ménagé ni leur temps, ni leurs efforts, dans la gestion délicate d’un vignoble à deux vitesses. Grâce à leur implication, et à une météo estivale somme toute complice, les vins produits sur les parcelles non gelées sont denses, colorés, bien équilibrés.

A défaut de nous offrir la quantité, 2017 pourrait bien, finalement, nous révéler de belles surprises, tant en rouge qu’en blanc.

Photo : © Studio Twin