FR       EN       JP (日本語)                      

Châteaux / Créations

Vins

    
Le millésime 2018 dans les vignobles Dourthe
Vendanges 2018    |    Vendanges 2017    |    Vendanges 2016    |    Vendanges 2015



 

Chapitre 1

Vendanges 2018 : 29 août - c’est parti !
Le 4 septembre 2018

Les vendangeurs ont investi la première parcelle de sauvignon au Château La Garde, mercredi 29 août, à la fraîcheur du petit matin.

« Après une année 2017 éprouvante au vignoble, 2018 nous a tenus en haleine tout au long des premiers mois. Après un bel été, la vendange des blancs a démarré tôt, dans d’excellentes conditions, et pour le moment nous sommes sereins pour la suite ! »

Suivez la naissance de ce nouveau millésime, avec Frédéric Bonnaffous, Directeur des Vignobles Dourthe.
 

Chapitre 2

Les blancs passent le relais aux rouges le 18 septembre
Le 21 septembre 2018

Alors que la dernière parcelle de sémillon est cueillie au petit matin du 18 septembre au Château Rahoul (Graves), le signal du départ est donné dans le Médoc ce même jour sur une parcelle de merlot précoce.
 

Chapitre 3

Fin des vendanges des rouges
Le 19 octobre 2018

Ces vendanges en rouges se sont déroulées dans la plus grande sérénité ! 4 semaines de cueillette, entrecoupées de pauses, séparent la première parcelle de jeune merlot, ramassée le 18 septembre dans le Médoc et la dernière de cabernet-sauvignon au Château de Ricaud le 18 octobre. Au total, 8 semaines de récolte depuis le début des blancs le 29 août, à la faveur d’une météo idéale.

Il ne reste à ce jour qu’un ou deux passages, dans les parcelles de Loupiac du Château de Ricaud, avant de siffler la fin de cette course de fond. L’action se poursuit désormais dans les chais, pour les vinifications de ces beaux raisins récoltés tout au long d’un superbe été indien.

Hiver pluvieux…


Des précipitations très généreuses et des températures parfois très fraîches marquent le début de ce millésime. « Avec l’hiver 2017/2018, nous revenons à un niveau proche des moyennes trentenaires, ce que nous n’avions pas connu depuis plusieurs années » précise Frédéric Bonnaffous. « Vignerons et matériel ont souffert de ces conditions hivernales, la pluviométrie importante rendant parfois compliquée l’organisation des interventions au vignoble, tant manuelles que mécaniques! »

L’enherbement raisonné et les semis temporaires, en fonction des besoins spécifiques de chaque parcelle, permettent d’éviter ruissellement, érosion ou tassement des sols tout en favorisant l’infiltration des eaux de pluie et la mise en réserve d’importantes ressources hydriques, indispensables au bon déroulement du cycle végétatif.

…et printemps tardif.


Un peu paresseux, le printemps tarde à se réveiller ! Quelques timides bourgeons apparaissent le 5 avril au Château de Ricaud, 6 avril au Château Belgrave, rapidement suivis par une belle sortie ; il faut attendre la semaine quasi-estivale du 20 avril pour voir s’initier une croissance active de la végétation. Ce joli démarrage est confirmé par une floraison sans encombres dans la dernière décade de mai. Nous avons la chance d’échapper aux orages de grêle des 21 et 26 mai qui impactent fortement une partie du bordelais ! Cependant, avec l’installation de températures plus élevées, l’évaporation est au maximum sur ces sols gorgés d’eau, favorisant une importante pression mildiou.

« Grâce à la vigilance constante et au travail de précision de nos équipes, le vignoble a bénéficié d’une excellente protection, tout en respectant à la lettre notre exigence d’une viticulture éco-responsable : cultivées en protection raisonnée depuis de nombreuses années, toutes nos propriétés sont, depuis 2016, certifiées ou en cours de certification Terra-Vitis et HVE 3. L’état sanitaire de nos vignobles étant ainsi parfaitement contrôlé, nous avons abordé l’été toujours en alerte, mais confiants ! »

Un été chaud et sec…


Après ce premier semestre erratique, l’été s’installe presque sans transition mi-juin, enchaînant chaleurs parfois caniculaires, et risques orageux – nous évitons, une fois encore, un épisode de grêle mi-juillet ! Cette météo estivale, chaude et sèche, éloigne la pression sanitaire, rendant leur sérénité à nos vignerons.

Enclenchée dans les derniers jours de juillet (23 juillet à Le Boscq, 25 juillet à Belgrave pour le merlot), la véraison se déroule harmonieusement. Le retour à partir de mi-août de nuits plus fraîches, succédant à de belles journées chaudes, toujours très ensoleillées, est particulièrement bénéfique. La maturité progresse de façon très homogène tant sur les rouges que sur les blancs : fin août, les sauvignons sur sols graveleux, précoces, sont déjà mûrs, incroyablement aromatiques et parfumés.

Démarrage précoce pour les blancs


Favorisée par une bonne alimentation hydrique et une belle météo estivale, la maturation des cépages blancs évolue rapidement. Sur les sols précoces de Pessac-Léognan et de Graves, nous démarrons la cueillette du sauvignon blanc le 29 août au Château La Garde, le 30 au Château Rahoul. Après quelques jours d’arrêt, elle devrait reprendre le 5 septembre et s’achever le 6 au Château la Garde.

Situé sur des terroirs argileux un peu plus tardifs, le Château de Ricaud devrait démarrer ses vendanges de blancs le 6 septembre.

Quant au sémillon ? Il prend tranquillement le temps de s’affiner…

« Conserver la fraîcheur et l’équilibre des blancs est essentiel. Le choix d’une date de vendange précoce permet de préserver une bonne acidité tout en favorisant l’intensité aromatique. Nous récoltons les blancs manuellement, le matin, à la fraîche. Au Château la Garde, nous réservons les grappes entières en chambre froide avant de les presser sous atmosphère inerte le lendemain, afin de tirer le meilleur de cette très belle récolte », explique Frédéric Bonnaffous, « nos premières dégustations montrent des sauvignons très équilibrés, parfumés, charnus et complexes…des jus déjà très encourageants ! »
Depuis le 29 août, les rouges profitent pleinement de journées bien ensoleillées et de nuits fraîches pour parfaire leur maturation. A ce stade, nous entrevoyons les premiers coups de ciseaux dans la deuxième décade de septembre pour les merlots précoces…à suivre !

A suivre !

Une vendange des blancs sereine


Trois semaines se seront écoulées entre les premiers sauvignons (le 29 août) de terroirs précoces du Château La Garde (Pessac -Léognan) et le dernier sémillon, issu d’un terroir plus tardif au Château Rahoul.

Ces vendanges de blancs se sont déroulées dans d’excellentes conditions, sans hâte ni stress. Les cépages blancs, que ce soit rive droite au Château de Ricaud ou rive gauche dans les châteaux Rahoul et La Garde, ont pleinement bénéficié des nuits fraîches de la première quinzaine de septembre.

« C’était plutôt une course de fond qu’une course de vitesse » explique Frédéric Bonnaffous. « Les conditions météo et l’état sanitaire étaient parfaits. Nous avons donc pu attendre la maturité idéale des baies tout en veillant à conserver la fraîcheur (acidité) du sauvignon blanc et du sémillon. Les vins sont très prometteurs, richement parfumés, avec de bonnes acidités et des degrés équilibrés. »

20 septembre : tous nos chais sont en effervescence !


« Et maintenant, les rouges prennent le relais sans transition, avec les premiers rangs de merlot récoltés le 18 septembre Châteaux Reysson (Haut-Médoc) et Le Boscq (Saint-Estèphe). »

Le 19 Septembre toutes nos propriétés de la rive Gauche sont en action, avec l’entrée en piste des Château Belgrave (Haut-Médoc) ; Rahoul et La Garde. Très peu d’écart est à noter avec le début des vendanges de nos propriétés de la rive droite, généralement plus tardives : les premiers merlots sont cueillis le 20 septembre à Grand Barrail Lamarzelle Figeac (Saint -Emilion) et sur les très jeunes vignes des châteaux Pey La Tour (Bordeaux) et de Ricaud (Cadillac Côtes de Bordeaux). Le 20 septembre tous nos chais sont en effervescence !


La météo profite aussi aux cépages rouges…


Les conditions estivales du mois d’août se prolongent dans cette première quinzaine de septembre : rares précipitations, journée chaudes et ensoleillées alternant avec des nuits fraîches. Elles favorisent la concentration des baies en matières colorantes et en arômes.

« Nous avons maîtrisé la pression du mildiou qui nous a tenus en haleine jusqu’en juillet. » commente Frédéric Bonnaffous au détour d’une inspection dans les parcelles de merlot du Château Le Boscq. « …soutenus dans notre lutte éco-responsable par le temps sec d’août et septembre, on ne pouvait espérer mieux. Nous avons pu souffler et préparer au mieux le vignoble avant le rush des vendanges, qui qualitativement s’annoncent bien. Le vignoble est sain. Il faut cueillir quand la maturité est atteinte afin de valoriser la richesse aromatique et conserver les équilibres. »

L’annonce d’une météo favorable jusqu’à la fin du mois présage une belle fin de maturation des merlots tardifs et des cabernets et laisse tout le temps nécessaire à chaque parcelle pour s’affiner et nous donner le meilleur !

Restez à l’écoute pour de plus amples nouvelles de nos vendanges de rouges.

Conditions optimales, maturité remarquable!


Après la forte pression sanitaire du printemps, l’été a redonné le sourire aux responsables de nos propriétés, qui se risquent aux superlatifs, tant sur la rive gauche que sur la rive droite : « L’état sanitaire est irréprochable… » ; « une vendange en douceur, d’une qualité exceptionnelle, une excellente maturité… » ; « des vendanges sous des conditions idéales… » entendait-on dans les rangs de vigne ces dernières semaines.

Les journées, chaudes et sèches depuis la véraison, ont été très favorables à la maturation, induisant une grande richesse phénolique. Les nuits fraîches de septembre ont favorisé richesse aromatique et maturation précoce des pellicules et des tanins de pépins. Les meilleures conditions sont réunies pour récolter des raisins de grande qualité.

« La météo a été parfaite, nous avons vendangé sans nous presser, dans le calme, attendant autant que nécessaire la maturité idéale de chaque parcelle. » confirme Frédéric Bonnaffous « nous avons même achevé les vendanges du Château La Garde le 10 octobre, par une parcelle de merlot sur argile, en même temps que notre parcelle de cabernet-sauvignon la plus tardive ! »

Un grand millésime en perspective ?


Toujours plus exigeants dans notre quête de baies parfaites, nous franchissons cette année une étape supplémentaire en généralisant l’emploi d’équipements de tri encore plus performants.

Le tri optique, succédant au tri mécanique dans toutes nos propriétés du Médoc et au Château La Garde, entre en action cette année au Château Rahoul. Il est souvent associé à un tri manuel, et même à un tri densimétrique pour le cabernet-sauvignon, au Château Le Boscq.

Ce tri densimétrique complète un tri mécanique aux châteaux Pey La Tour et Grand Barrail Lamarzelle Figeac.

Ainsi, seules les baies intactes, parfaitement mûres, fermentent en cuves inox ou en barriques pour certains lots des châteaux Le Boscq et La Garde.

Un peu plus longues que d’habitude, en raison de concentrations en sucre élevées, les fermentations alcooliques se déroulent sans heurts, parfois précédées de macérations à froid. Dès les premiers jours, les couleurs sont intenses. Nous pilotons avec la plus grande attention pigeages et remontages pour respecter les tanins doux, soyeux et concentrés

A ce jour, les merlots sont très homogènes, les cabernets déjà remarquables. Nous avons commencé le 15 octobre l’écoulage des premières cuves de merlot. Elles vont entamer leur fermentation malo-lactique alors que les derniers moûts de cabernet sont encore en macération pré-fermentaire ! « La qualité des moûts et des premiers vins est excellente : beaucoup de couleur, de l’onctuosité dans les tanins, des degrés alcooliques assez élevés et de beaux équilibres. » se réjouit Frédéric Bonnaffous « Nos dégustations laissent deviner des rouges de très haut niveau ! »

Rendez-vous dans quelques semaines, pour un dernier point après les vinifications de ce millésime très prometteur.


Etes-vous légalement en âge de consommer
de l'alcool dans votre pays de résidence ?

Oui Non