FR       EN       JP (日本語)                      

Châteaux / Créations

Vins

    
Sélectionnez un chapitre
ci-dessous
Millésime 2019
Carnet de vendanges des Vignobles Dourthe
Vendanges 2019    |    Vendanges 2018    |    Vendanges 2017    |    Vendanges 2016    |    Vendanges 2015



 

Chapitre 1

Début des vendanges de blancs
Le 5 septembre 2019

Les premières grappes de sauvignon ont été coupées le 2 septembre au Château Rahoul (Graves), sous une très belle météo. Laissez-vous guider au cœur de nos vendanges par Frédéric Bonnaffous, Directeur des Vignobles Dourthe.
 

Chapitre 2

Les rouges sont lancés !
Le 24 septembre 2019

La récolte des blancs secs des Vignobles Dourthe s’est étalée sur les trois premières semaines de septembre, une amplitude habituelleentre les premiers sauvignons le 1er septembre et les derniers sémillons le 19 septembre.
 

Chapitre 3

Des vendanges de rouges sans transition
Le 24 octobre 2019

Le calme est désormais revenu dans les vignes, l’activité se déploie au chai pour la vinification de ce nouveau millésime. Retour sur les vendanges de rouges avec Frédéric Bonnaffous, Directeur des Vignobles Dourthe.

Démarrées tranquillement par quelques parcelles de jeunes merlots le 19 septembre, les vendanges ont pris leur rythme de croisière du 23 septembre au 11 octobre dans nos vignobles.
 

Chapitre 4

Le temps de l’élevage
Le 19 décembre

Ce millésime, marqué jusqu’aux vendanges par de forts contrastes climatiques (voir les épisodes précédents), nous a finalement offert dans les trois couleurs une très belle matière première. Les pluies intermittentes, bienvenues à partir du 20 septembre, ont redonné le sourire aux vignerons. Elles ont permis d’équilibrer le rapport sucres/acidité. Les baies, parfaitement saines, en ont profité pour grossir sans excès, nous gratifiant en fin de compte de volumes parfois à la baisse, mais proches des moyennes.

Au premier semestre, la météo joue aux montagnes russes


Après un mois de janvier plutôt frais (-0,9°C/moyenne décennale), les températures douces de février et mars accélèrent le réchauffement des sols, induisant un débourrement parfois très précoce. Les premiers bourgeons apparaissent dès le 11 mars au Château Le Boscq, le 20 mars au Château Reysson ; les premières feuilles sont visibles le 25 mars au Château Pey la Tour et le 28 au Château La Garde !

Après cette belle sortie, le redoux est de courte durée. Les températures fraîches des semaines suivantes ralentissent considérablement la pousse de la végétation.
« Jusqu’à mi-juin, la météo a joué aux montagnes russes, alternant entre périodes printanières et hivernales » commente Frédéric Bonnaffous. « Nous avons même eu quelques épisodes gélifs les 13 et 14 avril puis les 5 et 6 mai. Heureusement, seules quelques parcelles ont été touchées dans nos vignobles, sans grande conséquence. Mais cela a eu pour effet un ralentissement général de la végétation. L’avance au débourrement s’est vite perdue. »

La vigne se développe de façon inégale selon les secteurs et les parcelles. La fleur démarre entre fin mai et mi-juin, sous une météo instable et une vigne active (entre le 27 mai et le 7 juin selon les cépages à La Garde). Le phénomène de coulure, fréquent sur le merlot, s’intensifie et affecte tous les cépages à des degrés divers.

Vigilance et prophylaxie au vignoble


Soucieux d’une viticulture écoresponsable - tous nos vignobles sont doublement certifiés Terra Vitis et HVE (niveau 3) - nos travaux ont pour but d’aider la vigne à trouver son équilibre : gestion de l’enherbement, travail du sol raisonné, travaux en vert, diminution des intrants sont adaptés au cas par cas, respectant les caractéristiques de chaque parcelle.

Grâce à ces mesures prophylactiques, nos vignes, sous haute surveillance pendant ces semaines cruciales à leur développement, résistent bien aux assauts d’une météo erratique.
Elles abordent l’été en parfaite condition sanitaire.

Canicule estivale, août fait le moût…


A partir du 17 juin, la tendance change de façon spectaculaire : une période de chaleur, avec un long épisode caniculaire, s’installe jusqu’à début août. On compte en juillet pas moins de 22 jours avec une température sous abri supérieure à 30° !

A partir du 10 août, nouveau retournement radical : les nuits rafraîchissent, les journées restent chaudes et ensoleillées. L’épisode pluvieux du week-end favorise une véraison franche et homogène.

Les amplitudes jour/nuit oscillent entre 10 et 15° : des conditions parfaites pour la synthèse des composés phénoliques des cépages rouges ! Les blancs adorent également ces nuits fraîches qui contribuent à enrichir leurs arômes et préserver leur acidité naturelle.

La vendange des blancs démarre sous d’excellentes conditions


Le lundi 2 septembre à 8h les vendanges démarrent sous de très bons auspices : météo favorable, très belle maturité. Les premières grappes de sauvignon emplissent les paniers des vendangeurs au Château Rahoul ; nous avons enchaîné le lendemain au Château La Garde.

« Nous veillons particulièrement à préserver l’acidité et la complexité aromatique de nos raisins : vendange manuelle en cagettes pour ne pas écraser les grappes, récolte matinale pour éviter les chaleurs de l’après-midi » précise Frédéric Bonnaffous. « Au Château La Garde, nos essais de conservation des grappes pendant 24h en chambre froide, avant pressurage sous atmosphère inerte, se sont avérés très positifs en 2018. Nous renouvelons l’expérience cette année. »

Sur les terroirs un peu plus frais du Château de Ricaud, nous avons commencé la récolte le 5 septembre. Quant aux rouges, les prévisions météo des prochains jours promettent une belle évolution. Parfaitement sains, ils s’affinent tranquillement. Il est trop tôt pour les pronostics, mais les premières baies dégustées au gré des parcelles sont déjà très prometteuses

A suivre !

Premiers échos des chais : de très beaux blancs !


C’est sans hâte que nous avons cueillis les derniers sémillons du Château La Garde le 17 septembre et les sémillons les plus tardifs du Château Rahoul, le matin du 19 septembre. Les premiers lots de sauvignon étaient alors sur le point d’achever leur fermentation en barrique.

Répondant à des températures élevées en ce début septembre, nous avons tout mis en œuvre pour préserver l’acidité et la teneur aromatique de nos raisins : vendange avant une maturité trop poussée, tôt le matin ; pressurage sous atmosphère inerte ; débourbage à froid. Au Château La Garde, nous avons également maintenu les grappes 24 h en chambre froide, avant le pressurage.

Les moûts débourbés ont ensuite été vinifiés à basse température, soit en cuves inox (Château de Ricaud), soit en barriques (Château Rahoul et Château La Garde). Un petit foudre vient compléter les barriques au Château La Garde pour vinifier nos meilleurs lots de sauvignon.

«Dès la dégustation des baies sur pied nous pressentions la qualité du millésime. La dégustation des moûts en fermentation confirme nos impressions : une grande fraîcheur, des arômes riches et complexes, de beaux équilibres. 2019 devrait s’affirmer comme un grand millésime de blancs secs.» confie Frédéric Bonnaffous.

Les rouges prennent le relais sans transition


«Nous sommes confiants pour les rouges. Les belles journées ensoleillées, les amplitudes jour/nuit importantes (de 10 à 15°C d’écart), le parfait état sanitaire à la veille des vendanges, tous les voyants sont au vert.»

La plupart de nos vignobles devrait être en vendange cette semaine. Nous avons démarré doucement mercredi 18 septembre sur la rive droite – une fois n’est pas coutume - au Château Grand Barrail Lamarzelle Figeac par une parcelle de jeunes merlots sur terroirs précoces. Le lendemain nous poursuivions dans le médoc, au Château Belgrave, également sur de jeunes merlot.

Les conditions météo des prochains joursdevraient permettre de parfaire la maturation des merlots et de poursuivre celle du petit verdot et des cabernets.

Extrêmement vigilants sur la qualité des baies récoltées, nous pratiquons une sélection rigoureuse : élimination des grappes hétérogènes à la fin de la véraison, tri à la vigne lors de la récolte. Au chai, nous associons des équipements de tri mécanique, optique et/ou densimétrique. Seules des baies pleines et à parfaite maturité sont ainsi vinifiées.

Après avoir arpenté les vignobles ces derniers jours, Frédéric Bonnaffous remarque que «les baies de merlot sont de taille moyenne, sucrées, avec une acidité bien présente et des peaux riches en couleurs et en tanins. Les baies de cabernets sont, à ce stade, encore petites avec des peaux épaisses et très riches en matières phénoliques. Un peu de pluie serait bénéfique à la progression de la maturation».

Restez à l’écoute pour la suite de notre carnet de vendanges.


Des pluies bienvenues


Après plusieurs semaines de chaleur et sécheresse cet été, les baies étaient encore petites mi-septembre. Sur quelques parcelles plus sensibles, nous avons même constaté un fort ralentissement de la maturité. Frédéric Bonnaffous assure : « Nous avons accueilli les précipitations de septembre avec soulagement. Elles ont permis d’accélérer la maturation : les peaux se sont affinées, les baies se sont développées, sucres et acidité se sont équilibrés. »

Grâce au travail éco-responsable de protection du vignoble réalisé toute l’année, l’état sanitaire était parfait. Nous avons ainsi pu vendanger sans crainte. « Les raisins doivent être ramassée au juste moment : ni trop tôt, ni trop tard. Nous sommes capables de réviser nos choix en fonction de la météo et des caractéristiques de chaque parcelle. Flexibilité et adaptation étaient les maîtres mots cette année pour des vendanges réussies. »

Des vendanges sereines


Les conditions météo - alternance de fraîcheur et de beau temps d’avril à juin - ont rapproché la maturation des cépages rouges. « Nous avons enchaîné les différents cépages sans transition dans tous nos vignobles. La deuxième semaine a été plutôt intense, merlot et cabernets arrivaient au chai en même temps. Nous n’avons pas compté nos heures, mais nous étions prêts ! » précise Frédéric Bonnaffous. « Au Château Belgrave et au Château Le Boscq par exemple, nous avons terminé merlot et cabernet-sauvignon le même jour. Au Château Pey La Tour, nous avons vendangé les deux cépages sans transition. »

Pour les liquoreux du Château de Ricaud, les conditions ont été parfaites pour un bon développement de l’indispensable pourriture noble. Vent et soleil ont succédé aux brumes matinales. Le botrytis était très homogène, nous avons récolté en deux tries pour terminer le 11 octobre, mettant un point final aux vendanges 2019 dans nos vignobles.

Belles couleurs, beaux équilibres


Les peaux, affinées par les pluies automnales, ont rapidement libéré des anthocyanes et tanins de qualité. Dès les premiers jours nous avions des jus sombres, très colorés. Nous avons alterné remontages, pigeages et délestages légers, pour extraire sans excès cette belle matière première.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, les premières cuves de merlot sont déjà écoulées. Les vins sont riches en couleur et en arômes. Les cabernets sont, partout, mûrs et denses, d’un très grand niveau. Ils s’affinent tranquillement pendant les macérations post-fermentaires. « Au Château Pey la Tour et au Château de Ricaud, nous avons expérimenté la co-vinification des cabernets-sauvignons et petits verdots : le résultat est très prometteur. Vinifiés ensemble, les deux cépages s’équilibrent à la perfection, entre tanins denses et richesse aromatique. » se réjouit Frédéric Bonnaffous.

Les dégustations ont montré dès les premiers jours de très belles couleurs, des jus très aromatiques. « Nous goûtons des vins très équilibrés, avec des degrés maîtrisés et de belles acidités. Les tanins ont besoin de s’affiner. Nous allons pratiquer des macérations mesurées, pour en préserver l’élégance et la souplesse. »

Les prochaines semaines seront consacrées aux écoulages et aux fermentations malo-lactiques. Nous vous retrouvons fin décembre pour l’ultime chapître de ces vendanges 2019, après les entonnages.

Des vinifications de rouges aisées


Les vendanges, intra-parcellaires, se sont étalées sur trois semaines, entre le 19 septembre et le 11 octobre. Après un tri rigoureux des baies (optique à Belgrave, Reysson, La Garde et Rahoul ; densimétrique à Le Boscq et Grand Barrail Lamarzelle Figeac ; mécanique à de Ricaud et Pey La Tour), chaque lot a été travaillé à la carte, pour respecter les caractéristiques de son terroir d’origine.

Selon les cas, quelques jours de macération pré-fermentaire à froid ont précédé les fermentations alcooliques. La prise de couleur a été rapide, témoignant de l’excellente maturité des polyphénols. Après cette première phase d’infusion des tanins et anthocyanes, nous avons pratiqué des pigeages et/ou remontages légers, afin d’extraire en douceur le potentiel tannique de baies parfaitement saines et mûres.

Les fermentations alcooliques ont partout été rapides et franches. Après les macérations post-fermentaires qui ont assoupli cette matière riche, très aromatique, les écoulages se sont échelonnés du 21 octobre au 8 novembre. Les fermentations malo-lactiques, partiellement en barriques neuves,se sont déroulées sans heurts.

Un élevage sur mesure


Chacune de nos propriétés sélectionne avec le plus grand soin les tonneliers correspondant à la personnalité de ses vins. Dans les chais des châteaux Belgrave, Le Boscq ou La Garde, par exemple, jusqu’à dix tonnelleries différents peuvent se côtoyer, apportant leur savoir-faire à l’élaboration de nos vins et contribuant à leur complexité et à leur originalité.

Les derniers lots ont terminé leur fermentation malo-lactique aux alentours de mi-décembre. Après quelques jours de repos bien mérités dans nos chais, janvier et février seront consacrés aux entonnages. Merlot et cabernets vieilliront séparément, sur lies fines,pendant 12 mois à 14 mois selon les lots, avec un tiers de barriques neuves. Les dégustations régulières nous permettront de suivre l’évolution de chaque lot et d’en affiner l’élevage.

2019, un millésime digne des grands


Les blancs secs sont marqués par beaucoup de fraîcheur, des arômes d’agrumes, de fruits exotiques. Ils sont vinifiés et élevés en cuve au Château de Ricaud. Au Château Rahoul et au Château La Garde, ils sont vinifiés en barriques, puis élevés pendant 8 mois dans les mêmes fûts. Batonnés toutes les semaines, ils se révèlent déjà très expressifs, denses, typés et complexes.

Les Loupiac sont d’un très bon niveau, nets, frais et fruités. Vinifiés en barriques, ils seront élevés en barriques pendant les 12 prochains mois.

La dégustation des rouges avant entonnage révèle dans toutes nos propriétés une très belle concentration, une matière riche et fruitée. Les cabernets sont incontestablement les rois de ce millésime. Ils offrent une complexité, une homogénéité et une puissance inégalées. Les merlots, plus classiques, sont souples, aromatiques, d’un très bon niveau général. Dans l’ensemble, les rouges sont marqués par l’éclat du fruit, la fraîcheur, la densité de leurs tanins veloutés…un début très encourageant !

Nous vous retrouvons début avril, à l’occasion des dégustations primeurs de ce millésime 2019 qui nous laisse entrevoir une fois encore de beaux, et même de très beaux vins, dans la lignée des grands millésimes classiques de Bordeaux.



Etes-vous légalement en âge de consommer
de l'alcool dans votre pays de résidence ?

Oui Non